Le sucre et le vieillissement sont-ils reliés ? La réponse est oui. Les recherches scientifiques du début des années 2000 ont démontré que le processus de vieillissement est stimulé par l’apport de sucre dans l’organisme.

Nos cellules sont équipées de détecteurs de sucre. Ce processus biologique permet d’accélérer le développement du corps humain lorsqu’on est jeune. Plus tard dans la vie, il accélère aussi le vieillissement. 

Certes, le sucre a sa place dans le cadre d’une alimentation équilibrée. Il possède des bienfaits et notre cerveau en a besoin pour fonctionner au maximum de ses capacités. Cependant, tous les sucres ne sont pas égaux en bénéfices et il est important de les consommer avec modération.

Où se cache le sucre ?

Le sucre est omniprésent dans l’offre alimentaire.

En plus des boissons, friandises et desserts, le sucre se retrouve dans bon nombre d’aliments transformés qui ne sont habituellement pas considérés comme des sucreries, comme les céréales, le pain, le yogourt et les barres tendres. On serait loin de s’en douter, mais un petit contenant de yogourt aux fruits de 100 g peut renfermer autant de sucre ajouté que cinq bonbons!

Même les aliments que vous ne croyez pas sucrés en contiennent comme le pain et les craquelins. Il est donc facile de perdre le compte de sa consommation de sucre si on ne porte pas attention au tableau des valeurs nutritionnelles sur les emballages.

Consommé en trop grande quantité sur une base régulière, le sucre augmente votre risque de développer certaines maladies comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et bien sûr, l’obésité.


Comment savoir si l’on mange trop sucré ?

Selon l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, il est recommandé de ne pas consommer plus de 10 % de notre énergie totale sous forme de sucres libres. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Pour un adulte de taille moyenne, cela équivaut à 50 g de sucres libres ou 12 c. à thé. Les sucres libres incluent tous les sucres ajoutés, dans les produits du commerce comme dans vos recettes, en plus des sucres naturellement présents dans le miel, le sirop d’érable et les jus de fruits.

On entend souvent parler de bons sucres et de mauvais sucres. Sont considérés comme des bons sucres le miel et le sirop d’érable. En réalité, ceci est un mythe. Certes, le miel et le sirop d’érable sont des sucres naturels, mais ils ont les mêmes propriétés que tous les autres sucres rapides et contribuent eux aussi à accélérer le processus de vieillissement.


Comment le sucre affecte-t-il notre santé ?

Le sucre a un effet inflammatoire sur l’organisme, qui entraîne l’oxydation des cellules, diminuant ainsi leur durée de vie. Nous savons tous qu’une importante consommation de sucre a un impact sur le diabète de type 2, mais saviez-vous qu’elle a également un lien avec les maladies cardiovasculaires, le cancer et d’autres maladies chroniques ?

En effet, l’excès de sucre fait grimper le taux de gras (triglycérides) dans le sang, le cholestérol et la pression artérielle, tous des facteurs de risques de maladies cardiaques. Au niveau du foie, le surplus de sucre s’y accumule, créant un engorgement ou ce qu’on appelle le foie gras. De plus, l’excès de sucre est néfaste pour la santé cognitive.

Les boissons sucrées seraient la principale source d’excès de sucre. Selon l’INSPQ, l’Institut national de santé publique du Québec, les études scientifiques actuelles confirment bel et bien un lien entre la consommation de boissons sucrées, le surplus de poids et certaines maladies chroniques.


Comment réduire sa consommation de sucre ?

Il existe une quantité infinie de super aliments bénéfiques pour la santé, particulièrement pour les personnes âgées. Pour ce qui est du sucre, voici quelques recommandations de l’INSPQ : 

  • Remplacer les boissons sucrées par des boissons sans sucre ajouté, comme l’eau plate, l’eau pétillante, le lait et les boissons végétales nature, des tisanes et le café sans sucre;
  • Privilégier les fruits sous forme entière plutôt que de jus;
  • Consommer moins souvent et de plus petites portions de collations et desserts sucrés;
  • Choisir des aliments frais ou peu transformés comme collation et dessert.

L’idéal est de consommer des glucides lents, dans les proportions recommandées par le nouveau guide alimentaire canadien. Le riz complet, les pâtes, le pain et les céréales à grains entiers sont à privilégier. L’un des bienfaits de ces aliments est l’impression de satiété qu’ils procurent. Après les avoir consommés, on est moins tenté de se jeter sur un dessert sucré!

De plus, l’organisme les assimile lentement, vous fournissant ainsi toute l’énergie nécessaire à vos activités quotidiennes. Au contraire, l’énergie apportée par la consommation de sucres rapides se dissipe rapidement et peut même causer un gros coup de fatigue.

Tout au long de la vie, il est important de s’alimenter tout en conciliant santé globale et plaisir. Après tout, manger est un des plaisirs de la vie, n’est-ce pas? Cela dit, être conscient des effets des aliments que nous consommons quotidiennement est primordial afin de vieillir en santé. Aucun aliment n’est mauvais. Tout est dans la modération!

 

Sources : 

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2236_consommation_sucre_sante_0.pdf

https://www2.gov.bc.ca/assets/gov/people/seniors/health-safety/pdf/hefs_french2016.pdf

 

LE BLOGUE SÉLECTION RETRAITE

1 2 3 4 5 6

TROUVEZ VOTRE NOUVEAU CHEZ-VOUS

Rechercher maintenant